Pédiatrie sociale en communauté

MG_5635La pédiatrie sociale en communauté est un modèle de médecine sociale intégrée développé par le Dr Gilles Julien, centré sur les besoins de l’enfant et axé sur les forces de l’enfant, de la famille élargie et de la communauté. Il unit l’expertise de la médecine, du droit et des sciences sociales, afin de dépister, réduire ou éliminer les sources de stress toxiques ou facteurs de risque qui affectent le développement et le bien-être de l’enfant issu d’un milieu de vie difficile.

Références
  • Eisenberg D. (2002) À l’aube d’une médecine intégrée. Congrès international sur la science du touché, Montréal. Entrevue de Christian Lamontagne sur PasseportSanté.net, consulté le 10 juillet 2013.
  • Julien, G. et H. Trudel. (2009). Tous responsables de nos enfants : un appel à l’action. Montréal : Bayard Canada.
  • Julien, Gilles (2004) Soigner différemment les enfants – L’approche de la pédiatrie sociale. Montréal : Les éditions logiques.
  • Julien G., (2004) Soigner différemment les enfants, Méthodes et approches, 2e éd. Les Éditions Logiques, Québec.
  • Lindström, B., Spencer, N. (ed) (1995). Social Paediatrics. Oxford University Press, New York.
  • Lynam, M.J., Loock, C., Scott, L. et Wong S. (2010). Social Pediatrics Initiative, Enacting a ‘RICHER’ Model, a report to the British Columbia Medical Services Foundation and Canadian Nurses Foundation, p 1-31
  • Garner A.S., Shonkoff J.P., Siegel B.S., Dobbins M.I., Earls M.F., McGuinn L., Pascoe J., Wood D.L. Early Childhood Adversity, Toxic Stress, and the Role of the Pediatrician: Translating Developmental Science Into Lifelong Health. Pediatrics, 129 (1): e224-231.
  • Social Medecine (2007). Abstracts from the Social Medicine session at the 2006 annual meeting of the American Association of Medical Colleges. Seattle, Volume 2, No1, p-56-64

 

Animation-Part-1_02532_02299La pédiatrie sociale en communauté adopte une approche globale de la santé. Bien qu’elle soit médicale avant tout, elle intègre d’autres disciplines, notamment les sciences sociales et juridiques, ce qui permet de mieux saisir le contexte global et les sources de stress qui affectent le développement et le bien-être de l’enfant. L’approche invite, dans la recherche des stress toxiques et des pistes de solution, une participation active de l’enfant, de ses parents et autres personnes significatives, et des professionnels qui sont aussi impliqués dans la situation (par exemple, les enseignants, les intervenants des centres jeunesse et des Centres de santé et des services sociaux). Elle favorise un accès efficace à des services cohérents, à travers un plan d’action concerté entre tous les partenaires impliqués. Ce processus agit alors comme catalyseur d’un mouvement autour de l’enfant et de la famille pour leur assurer un développement optimal. La pédiatrie sociale en communauté mise sur ce savoir-faire collectif pour préciser le diagnostic de l’enfant qui peut varier dans le temps.

Références

  • Bertrand et coll. (2002) L’interdisciplinarité et la recherche sociale appliquée, réflexions sur des expériences en cours. Université de Laval et Université de Montréal.
  • Darbellay F. (2005). Interdisciplinarité et transdisciplinarité en analyse des discours. Complexité des textes, intertextualité et transtextualité. Genève : Slatkine.
  • Solar O. et coll. (2009). Moving Forward to Equity in Health: What kind of intersectoral action is needed? An approach to an intersectoral typology. Presented at the 7th Global Conference on Health Promotion. “Promoting Health and Development: Closing the Implementation Gap », Oct. 26-30, Nairobi, Kenya.

 

  • Années 1750 – Philosophie du siècle des Lumières

    Au cours du 18e siècle, un grand nombre de médecins — tels Rosen Von Rosentein, Des Essarts et Georges Armstrong — commencent à exprimer un intérêt particulier envers la santé et les maladies spécifiques aux enfants. Les premiers manuels traitant d’allaitement, de vaccination et d’éducation aux enfants sont alors publiés.

  • 1767 – Lancement du mouvement de la pédiatrie sociale

    Georges Armstrong ouvre la première clinique destinée aux enfants issus de familles moins fortunées à Londres.

  • 1840 – Première démonstration de l'influence de la pauvreté sur la croissance des enfants

    Villermé, Français et père de la médecine sociale, publie des données épidémiologiques documentant une différence de croissance en fonction du statut socio-économique. Il dénote une augmentation de la mortalité infantile au sein des familles plus pauvres et associées à un statut socioprofessionnel plus bas.

  • 1848 – La médecine sociale progresse à travers l’Europe

    En France, Jules Guérin crée la rubrique « Médecine sociale » dans « La Gazette médicale de Paris ». Au même moment, en Allemagne, Czerny promeut l’hygiène et l’alimentation adéquate des enfants.

  • 1884 – Création de la « Société pour la Prévention de la Cruauté envers les Enfants » à Londres

  • 1894 – Progrès des droits des enfants en France

    En France, les conditions de vie des enfants s’améliorent quelque peu en réponse à l’interdiction de l’embauche des moins de 8 ans dans les usines et à la réduction de leurs heures de travail. C’est aussi en 1894 qu’on instaure enfin l’interdiction définitive des enfants dans les mines.

  • 1901 – Services destinés aux enfants de familles défavorisées

    Certains obstétriciens — tel Budin à Paris – prennent l’initiative d’offrir gratuitement leurs services par des cliniques dédiées aux familles défavorisées et érigent des centres de distribution gratuite de lait.

  • 1919 – Création de « L’Œuvre nationale de l’Enfance »

    « L’Œuvre nationale de l’Enfance » a été créée en Belgique pour venir en aide aux enfants handicapés en offrant des activités médico-sociales et éducatives à leurs familles et en soutenant les travaux de recherches portant sur le sujet. D’autres organismes similaires se sont aussi développés à travers l’Europe après la Première Guerre mondiale.

  • 1946 – Création de l’UNICEF

    Comme la mortalité infantile est alors en croissance, les Nations Unies créent l’UNICEF en 1946 pour assurer aux enfants, victimes de la guerre, un accès à de la nourriture, des vêtements et des services de santé.

  • 1946 – Des chaires de Santé des Enfants sont créées dans des universités de Grande-Bretagne

    Après la Seconde Guerre mondiale, des chaires de Santé des Enfants sont créées dans des universités de Grande-Bretagne. Elles encouragent le développement de la pédiatrie (en tant que « discipline ») et des travaux de recherche abordant des sujets clés en pédiatrie sociale – croissance, développement, alimentation et vaccination.

  • 1959 – Déclaration des Droits de l’Enfant

    La Déclaration des Droits de l’Enfant est adoptée par l’Assemblée nationale des Nations Unies. Elle énonce notamment le droit des enfants à la protection, l’éducation, la santé, le logis et l’alimentation saine

  • 1962 – Première définition de la pédiatrie sociale

    Au Congrès de pédiatrie, on définit la pédiatrie sociale pour la première fois : « Depuis qu’une action collective – soit locale, nationale ou internationale – se développe, la pédiatrie est devenue d’ordre social. » — Robert Debré « La pédiatrie sociale considère l’enfant – qu’il soit en bonne santé ou non – dans le contexte du groupe social auquel il/elle appartient et de celui dans lequel il/elle se développe. » — Nathalie Masse

  • 1972 – Premiers manuels traitant de Pédiatrie sociale

    Les auteurs Manciaux, Mande et Masse publient les premiers manuels synthétisant les plus récents avancements en matière de pédiatrie sociale.

  • 1989 – Convention sur les Droits de l’Enfant

    La Convention sur les Droits de l’Enfant est adoptée en 1989 par l’Assemblée générale des Nations Unies puis entre en vigueur en septembre 1990.