Pour répondre adéquatement et efficacement aux besoins des enfants en situation de vulnérabilité, il est essentiel de tisser avec eux et leurs proches, un lien de confiance solide, de s’apprivoiser. Ce lien de confiance favorise le partage des émotions, des informations et des expériences entre l’enfant, la famille et l’équipe de pédiatrie sociale en communauté, nécessaire à la compréhension de l’enfant et de son contexte global. Il assure également l’adhésion de tous aux actions mises en place pour aider l’enfant à grandir en bonne santé physique et mentale. Apprivoiser, Partager, Comprendre, Agir forment la méthode A.P.C.A., base du modèle de pédiatrie sociale en communauté développé par le Dr Gilles Julien.

Apprivoiser

C’est se rapprocher, fréquenter le terrain de l’autre, se mettre mutuellement à l’aise et définir une base de coopération propice à l’aide et au soutien.

Dans la pratique, c’est :

  • Accueillir l’enfant et sa famille avec convivialité, informalité et sans jugement.
  • Rendre l’enfant et sa famille à l’aise et disponible par des contacts physiques chaleureux, le partage de nourriture, de petits présents symboliques.

Comprendre

C’est analyser ensemble les connaissances et les expériences de chacun afin de décoder la signification d’un problème en vue d’orienter l’action.

Dans la pratique, c’est :

  • Décoder les informations recueillies.
  • Examiner l’enfant.
  • Identifier des pistes de diagnostic à partir des informations amassées.
  • Valider les hypothèses de solutions avec les participants de la rencontre.

Agir

C’est mettre en place des « mécanismes qui soignent, apaisent et rééquilibrent » à la lumière des sources de stress toxiques et des besoins identifiés lors du partage d’information et de la compréhension commune des enjeux. C’est agir selon des besoins expliqués, acceptés et mis en priorité par toutes les parties en cause – c’est-à-dire l’enfant, sa famille et son réseau social et institutionnel — avec des outils variés et adaptés. C’est interpeller la communauté dans laquelle évolue l’enfant pour mettre en branle tout un processus de soutien autour de lui.

Dans la pratique, c’est :

  • Établir une synthèse des actions à mener.
  • Prioriser les actions et leurs solutions.
  • Définir un plan d’intervention.
  • Communiquer clairement le plan intégré et adapté aux besoins de l’enfant.
  • Assurer la participation active des intervenants à la mise en place des solutions

Partager

C’est s’ouvrir aux autres sans préjugés quant aux faits, aux idées et aux émotions rattachés à l’enfant. C’est échanger sur les croyances et les habitudes, et composer avec des façons de faire parfois différentes afin de mieux expliquer le contexte, les défis et les solutions envisageables.

Dans la pratique, c’est :

  • Animer la discussion entre tous les participants de la rencontre.
  • Amasser des faits sur l’histoire développementale de l’enfant et des informations génétiques.
  • Rechercher les besoins de l’enfant, les sources de stress toxique auxquelles il est exposé.
  • Identifier les forces de l’enfant, de la famille et du milieu.
  • Poser des questions et élaborer des hypothèses.
  • Réaliser une anamnèse globale et complète.
Références
  • Julien G. (2004). Soigner différemment les enfants, L’approche de la pédiatrie sociale, Les Éditions Logiques : Québec.
  • Julien G. (2004). Soigner différemment les enfants, Méthodes et approches, 2e éd. Les Éditions Logiques : Québec.