Revenir à la page précédente
Votez pour cette publication : [wdpv_vote]
Gold et coll., 2016. Dans: Journal of Child Psychology and Psychiatry

Les expériences d’abus vécues durant l’enfance pourraient modifier l’épaisseur corticale des régions préfrontales et temporales à l’adolescence. Ce sont les conclusions auxquelles les chercheurs sont parvenus grâce à des techniques d’imagerie magnétique comparant des adolescents de 13 à 18 ans victimes d’abus et un groupe contrôle du même âge. De plus, les résultats suggèrent qu’une épaisseur corticale réduite pourrait être liée à un plus haut taux de symptômes externalisés chez les adolescents.

Consultez la ressource