Revenir à la page précédente
Votez pour cette publication : [wdpv_vote]
Auteur(s) : Knolle F.

Knolle, F., Vallotton, C.D., Ayoub, C.C. (2018). Maltreated children use more grammatical negations. Journal of Child and Family Studies, 27, 453-464. (Open access)

 

Cette étude examine le lien entre le développement du langage et la maltraitance. Les chercheurs ont enregistré la production spontanée de 64 enfants, âgés de deux à cinq ans et demi, lors de séances de jeu libre. Tous les enfants habitaient le même voisinage défavorisé, mais la moitié d’entre eux avaient été signalés pour maltraitance. Les productions ont été analysées selon des mesures générales (taille du vocabulaire, longueur des phrases, etc.) et des mesures grammaticales (temps de conjugaison, négations). Les chercheurs ont trouvé des mesures semblables chez les deux groupes, sauf pour un plus grand nombre de négations produit par les enfants victimes de maltraitance. Ces résultats suggèrent que la maltraitance n’entraîne pas nécessairement un déficit de langage, mais que les victimes ont un biais de négativité et adaptent leur parole selon leurs expériences néfastes.

Mots-clés: Maltraitance, abus, acquisition du langage, biais de négativité, résilience.

Consulter la ressource