Revenir à la page précédente
Votez pour cette publication : [wdpv_vote]
Auteur(s) : Bales K.L., Belsky J., Freeman S.M., Hartman S.

Prenatal stress as a risk – and an opportunity – factor. Hartman, S., Freeman, S.M., Bales, K.L., & Belsky, J. (2018). Psychological Science.

Mots-clefs: Plasticité, stress prénatal, environnement précoce, anxiété, vasopressine.

Le stress prénatal induit une plus grande réactivité à l’environnement et représente un facteur de risque de développer des conditions physiques et mentales négatives chez les enfants. Mais cette conséquence pourrait également représenter un facteur positif en augmentant la plasticité cérébrale des nouveau-nés, les rendant ainsi plus réceptifs aux expériences négatives, mais également positives. Des chercheurs américains ont utilisé un modèle animal pour valider leur hypothèse. Les bébés de mères soumises à un stress prénatal ont démontré plus de réponses comportementales et physiologiques de stress, mais uniquement lorsqu’ils avaient été élevés dans des conditions postnatales défavorables. Ces résultats soulignent l’importance et l’opportunité d’agir rapidement afin de procurer des environnements favorables aux enfants issus de milieux vulnérables.